Défi feel good paper théorie #5

10 février 2018 | feel good paper théorie

Gratitude et petits bonheurs : la bouteille à moitié pleine

 

À l’occasion de la journée mondiale sans portable qui a lieu cette semaine, je vous propose de troquer 15 min de scrolling sur votre smartphone contre 15 min de bien être par l’écriture. Ainsi, chaque jour entre le 6 et le 11 février, vous avez rendez-vous avec vous-même pour un exercice de feel good paper théorie proposé par les Jolis Cahiers. Enjoy !

 

Encore un exercice que je pratique très souvent. Il m’a été inspiré par plusieurs lectures, notamment celle de « 3 kifs par jour » de Florence Servan-Schreiber. Il consiste à écrire le plein pour arrêter de ruminer le manque.

Il ne vous aura pas échappé que nous sommes dans une société dans laquelle le « toujours plus » est la règle. Elle nous conduit à désirer ce que nous n’avons pas. Sans apprécier ce que nous avons déjà.

Bref, la vie ne sera jamais comme nous la rêvons (quoique, cela se discute…). Il nous appartient de connecter notre cerveau au positif et non à la bouteille à moitié vide.

Donc, j’écris régulièrement ce que l’on appelle des gratitudes, des kifs, des petites ou grandes choses. Je m’oblige ainsi à changer mon état d’esprit. À faire attention à ce (ceux) qui m’entoure(nt), à ces détails qui n’en sont pas puisqu’ils sont les particules élémentaires de mon bonheur au quotidien ! J’ai même écrit d’un jet, sur un défi que l’on m’avait lancé, une liste de 100 gratitudes. Je vous recommande chaudement cet exercice, salutaire. La gratitude est reconnue comme l’un des principaux artisans du bien-être émotionnel. Comme l’exercice des « j’aime », il a à mon sens un très « bon retour sur investissement ». Il permet rapidement de bons ressentis positifs. Pour vous inspirer, je partage quelques une de mes gratitudes :

La gratitude pour moi c’est par exemple dire merci pour :

Être en bonne santé / vivre comme je le veux / avoir une femme de ménage / pouvoir voyager librement / la douceur d’une soirée d’été / pour ne pas habiter Paris, mais une ville cool / pour xx qui est toujours bienveillante avec moi /pour avoir arrêté de fumer / ceux qui m’écoutent quand je parle de mon projet… etc, etc…

 

Vous pouvez, à cet instant, juger cela simpliste, voire ridicule…  Je vous l’accorde, je pense que j’aurai pu avoir cette réaction quelques années en arrière. Aujourd’hui, je partage juste ce qui me fait avancer, ce qui, comme je l’ai déjà écrit me permet de changer de vie. Mais surtout parce que j’aimerai que vous puissiez, vous aussi, goûter à ce que l’écriture me permet : être  et rester soi.

 

C’est ça, la #feelgoodpapertheorie. Rendez-vous demain pour le dernier exercice.

 

Photo : Pinterest