fbpx

Lectures et écoutes inspirantes

13 avril 2018 | la jolie aventure

Comme pour beaucoup d’entre vous, mon amour de l’écriture va de pair avec celui de la lecture. J’ai dévoré depuis mon plus jeune âge de la littérature moderne et classique, mais il y a quelques années j’ai commencé à m’intéresser aux ouvrages de développement personnel. Ce qui m’a alors poussé à écumer ce rayon n’est pas clairement identifié, même encore aujourd’hui ! Sans doute avais-je au fond de moi l’amorce d’un désir de changement, et j’ai, sans le savoir, entretenu cette petite flamme par différentes lectures. Si la voie vers l’entrepreneuriat n’était pas toute tracée, puisqu’elle résulte plutôt d’un accident de parcours (cf l’article #1 le commencement), la réflexion, remise en question et prise de recul permises par ces livres ont indéniablement joué un rôle jusqu’à ma décision de plonger dans l’aventure de la création d’entreprise à l’hiver 2017. À partir de ce moment-là, je me suis tournée vers d’autres types de lectures et j’ai également commencé à écouter beaucoup de podcasts : j’avais besoin de m’imprégner de parcours inspirants. À la fois pour casser mes propres pensées limitantes mais aussi pour trouver les ressources et la motivation pour faire grandir l’idée des Jolis Cahiers. J’échange beaucoup avec des créateurs d’entreprises ou des personnes qui sont encore salariées. Le sujet des lectures inspirantes revient souvent dans les échanges. C’est pourquoi je vous propose de partager celles qui ont été les plus marquantes, ainsi que les podcasts auxquels je suis fidèle.

Révéler sa véritable personnalité avec le personal branding

Pascale Baumeister / Editions Leduc S.

C’est le tout premier ouvrage que j’ai acheté. En 2013, je crois. Et je pense que c’est surtout son sous-titre qui m’a attirée « avoir le courage d’être soi et se donner les moyen de s’affirmer ». Je me souviens qu’en le feuilletant, à la librairie, ce qui m’avait plu dans ce pavé était son côté très pratique, puisque truffé d’exercices (d’où l’intérêt d’acheter en commerce traditionnel et pas seulement sur Amazon : on peut voir et « sentir » le livre). En effet, je trouve intéressant, quand il est question de développement personnel, d’avoir entre les mains un livre qui me permette de me mettre en mouvement immédiatement. Il a été salutaire pour l’introspection qu’il m’a obligé à faire et m’a aidé à être pleinement honnête avec moi-même. C’est à ce moment aussi que j’ai commencé à beaucoup écrire. À chaque nouveau livre, un nouveau cahier. Grâce à cela, je peux aujourd’hui mesurer le parcours effectué ces cinq dernières années. Et c’est ainsi que j’ai travaillé sur qui je suis, mes besoins, mes valeurs, mes atouts et différences, mon style, mon univers… tout ce que les communicants, comme moi, connaissent bien car il le font pour les entreprises ou les marques pour lesquels ils travaillent. C’est intéressant de transposer cela à soi. Un ouvrage qui a été à mon chevet (au propre et au figuré je pense…) pendant de longs mois et que je recommande car il constitue un bon point de départ pour tout ceux qui ont envie lever la tête du guidon et de se poser de vraies questions !

 

Opération bonheur

Gretchen Rubin /edition Pocket

Encore une fois, vive la librairie car sinon je n’aurai jamais acheté ce livre au titre un peu gnan-gnan ! Traduction d’un best-seller mondial « Happiness Project » (ça claque déjà un peu plus en anglais, non ?) il a été écrit par une ancienne avocate devenue auteure. Elle y narre son propre parcours sous la forme d’un journal de bord constituant un programme de 12 mois que chacun peut mettre en oeuvre. L’objectif : alléger sa charge mentale. Même si l’expression n’est pas utilisée car pas encore à la mode ( j’ai acheté ce livre en 2014), il s’agit bien de cela : gagner en sérénité et en énergie à investir dans des projets qui tiennent à coeur qu’ils soient professionnels ou personnels. J’ai aussi beaucoup, beaucoup écrit à la lecture d’Opération Bonheur. Des choses qui allait se révéler essentielle pour la suite car elle concernait ma façon de vivre, de prendre soin de moi, d’accorder de l’attention à ma famille, mes amis… J’ai aussi pris conscience d’une chose cruciale, qui ressemble à une lapalissade tant elle est de bon sens. De ce bon sens que malheureusement on perd de vue : pour mener des projets à bien, je devais être en forme et donc DORMIR. Je n’étais pas insomniaque, mais je ne me respectais pas assez sur ce point. C’est grâce à ce livre que j’ai aussi commencé à flirter avec la visualisation en travaillant mon « attitude positive de pre-réalisation ». Vous y trouverez votre propre bonheur si vous avez envie de changer de vie.

En avant toutes

Sheryl Sandberg / Le livre de poche

Lu une première fois en 2014, deux fois depuis, il est toujours sur mon bureau ou à portée de main. Annoté, « fluoté », froissé, il a la patine des livres qui comptent. Je fais partie des ces centaines de milliers de femmes (des millions peut-être) qui ont été secouées par le récit de Sheryl Sandberg alors n°2 de Google. Non pas parce que j’avais envie moi-même d’être à un poste stratégique dans une entreprise mondialement connue. Mais parce qu’elle m’a ouvert les yeux sur les limites que je me mettais à moi-même. Certes, ce livre est écrit à la sauce américaine et peut sembler élitiste. Mais l’auteure à le sens des formules qui font mouche, partage tant de vécu et touche à des sujets si universels que je me suis laissée embarquer. Et puis elle raconte comment elle a interdit l’usage de powerpoint dans les réunions auxquelles elle assiste : rien que pour ça je l’aime ! Cette lecture a, je crois, consolidé la croyance que j’avais le pouvoir, comme n’importe qui, de prendre les choses en main pour décider quoi faire de ma vie sans que rien ni personne ne viennent y faire obstacle.

 

3 Kifs par jour

Florence Servan-Schreiber / Marabout

J’ai une tendresse particulière pour ce livre. D’abord, parce que je l’ai lu en 2015, après avoir été éprouvée physiquement et psychologiquement par des problèmes de santé qui avaient complètement cassé la dynamique dans laquelle m’avait mise mes précédentes lectures. Il a contribué à me remettre sur les rails. Ensuite, il a renforcé mes convictions quant à la psychologie positive et au pouvoir qu’elle donne aux individus. Enfin, 3 kifs par jour est un livre dont on peu parler et s’inspirer en famille. Et je suis très heureuse car trois ans après, mon mari est enfin en train de le lire (et pour lui l’ingénieur cartésien, ce n’était pas gagné !). Comme beaucoup de ces ouvrages, je trouve que le titre ne lui rend pas honneur. Il a certes le pouvoir d’être marquant et mémorisable, mais pour qui n’aurait pas la curiosité de s’y plonger, il peut rester futile. Le contenu en lui-même est très accessible car ponctué de partage d’expérience mais j’y ai aussi appris beaucoup de choses y compris sur l‘approche scientifique de la psychologie positive. 3 kifs par jour m‘a mis du baume au coeur et m’a donné envie de vivre différemment ; grâce à lui je me suis questionnée sur toutes les choses que je m’infligeais (et que j’infligeais aux autres) alors que j’avais le choix de faire autrement. La force du don et de la gratitude m’est notamment apparue très clairement. J’ai entamé à cette époque beaucoup des exercices de ma routine d’écriture que je pratique encore aujourd’hui. Je crois que c’est le livre dont je parle le plus souvent car il peut-être salutaire quand on ne va pas bien : apprendre à s’aimer, vivre l’instant présent, voir ses qualités plutôt que ses défauts, changer de point de vue sur la vie… autant de sujets qui y sont abordés avec simplicité et conviction.

 

Lean start-up

Eric Ries /Pearson

Là, on change de catégorie. Après avoir fait durant deux ans un bon bout de chemin personnel, j’ai décidé début 2017 de considérer avec sérieux l’idée de faire des jolis Cahiers mon prochain job ! J’ai alors entrepris de nouvelles lectures. Si vous n’êtes pas branchés start-up ou entrepreneuriat, il y a peu de chance que cet homme vous soit familier. Entrepreneur, blogger, conférencier, Eric Ries décrit dans ce livre la théorie du lean start-up qui repose sur un pilier, le client et une méthode, l’expérimentation. Moi qui aie une légère tendance à vouloir que les choses soient « nickel », cette lecture m’a donné un coup de pied aux fesses ! Il défend en effet l’idée qu’il ne faut pas attendre qu’un produit soit parfait  à tout point de vue avant de le mettre sur le marché : mieux vaut lancer rapidement un MVP (minimum viable product) et écouter les retours clients pour enclencher d’éventuelles évolutions. Cela semble du b. a. -ba, mais cette approche bouscule pourtant toute la « vieille économie ». Même si depuis j’ai fait la part des choses, grâce à cet ouvrage, j’ai progressé dans la vision de mon projet !

 

Koudetat

The Family

Ceci ne se lit pas, mais se regarde ! Koudetat est un programme d’initiation à l’entrepreneuriat (plutôt orienté start-up) gratuit. Il s’agit de captations réalisées au coeur de l’accélérateur parisien The Family. Sincèrement, c’est passionnant ( si vous avez envie de créer une boite évidemment, sinon passez votre chemin) : il y est question d’entrepreneuriat, de growth hacking, de stratégie de ventes, de levée de fonds… les méthodes évoquées sont simples et encouragent à se lancer, mais il y a aussi de la théorie pour comprendre, des anecdotes… tout cela donne envie de passer à l’action et contribue à lever ses propres freins psychologiques. J’ai passé des dimanches et des soirées à écouter et cela m’a vraiment été très utile ; j’ai rempli plusieurs cahiers de notes que j’ouvre très souvent pour revenir sur certains points de ma stratégie. À noter : les sessions sont souvent animées par Oussama Ammar (l’un des co-fondateurs de The Family) : personnage clivant s’il en est, il affirme ses partis pris, on l’adore ou on le déteste ! Pour accéder à l’ensemble des ressources, il suffit de s’inscrire ici 

 

Génération XX

Podcast produit et animé par Siham Jibril

Je l’ai déjà évoqué en intro de l’interview « Joli Cahier » de Siham, je crois que son podcast est vraiment mon chouchou. Pourquoi ? Parce qu‘il donne la parole à des femmes entrepreneures, de tous âges et aux parcours variés. Elles y parlent sans concessions de leurs doutes, faux-pas, succès professionnels tout en mettant tout cela en perspective avec leurs vies personnelles. Pas un épisode sans que je retire quelque chose de positif de mon écoute. Mes préférées sont ceux de Sarina Lavagne d’Ortigue, car comme elle je suis une « late bloomer », Anne-Christelle Perochon fondatrice de BIM et Mathilde Cabanas pour ses propos sur l’ambition  et le succès que je partage complètement. L’atout du podcast est qu’il peut s’écouter très facilement et rendre utiles des temps que d’ordinaire je considère comme perdus… par exemple repasser ou ranger du linge ! Pour écouter Génération XX 

 

Nouvelle école

Podcast produit et animé Antonin Archer

Le pitch : nouvelle école est le podcast qui va à la rencontre des français qui sortent des sentiers battus. Je l’ai découvert avec l’interview de Rand Hindi (spécialiste de l’IA), depuis j’écoute régulièrement. Pas tous les épisodes car certains invités me « parlent » plus que d’autres. Cela doit être la force de ce média, car ses interviewés s’y livrent aussi sans fards. Moins orienté entrepreneuriat, il me permet néanmoins de glaner ici et là des idées et sujets d’inspiration tout en me permettant de profiter des erreurs des autres pour corriger le tir ! J’ai beaucoup aimé les entretiens avec Ina Mihalache (l’inénarrable « Solange te parle») et Fabrice Florent, le créateur de Madmoizelle, qui raconte notamment un moment difficile de sa vie d’entrepreneur, épisode remarquable de sincérité. Pour découvrir Nouvelle Ecole

 

 

J’aurai pu partager encore et encore plein de lectures et écoutes inspirantes, j’y reviendrai peut-être ! D’ici là, dites-moi si vous partagez mon avis sur celles mises en avant dans ce post. N’hésitez pas à partager en commentaires vos propres sources d’inspiration, je suis sûre que j’en ai encore beaucoup à découvrir !